facebook

FRANçOIS CURLET

Rencontre avec Francis Mary

Francis Mary Cette interview, après celle d’Eric Fabre (autre amateur de Robert Filliou) s’inscrit dans l’une des rubriques du site Le Salon consacrée aux collectionneurs. En quoi cette appellation « collectionneur » s’applique-t-elle à cette collection (j’ai presque envie de dire à cette « collecte ») des œuvres multiples de Robert Filliou que tu as constituée?


François Curlet Oui, je préfère le terme « collecte » à celui de collection. Depuis des années, je suis amateur de catalogues et de livres d’artistes. Concernant Filliou, le déclic est venu à partir de propositions d’achat de multiples et livres d’artistes de Filliou qui se sont présentées. J’ai alors découvert la constellation de ses productions, de ses éditions et à partir de là, je me suis pris au jeu sous forme d’enquête. Cet état d’esprit entrait en résonance avec celui de Filliou : « multidirectionnel et entêté ».

 

FM Robert Filliou évoluait dans la mouvance de Fluxus. Comment caractériserais-tu ce mouvement d’avant-garde des années 60 dont la fluidité n’a jamais cessé d’échapper à la récupération dogmatique? Quelles attitudes dans ta pratique artistique se croisent avec cette mouvance?

 

FC Pour moi Fluxus était un groupe décentré, composé de personnalités très différentes et qui fonctionnait comme un essaim sans reine. Même si George Maciunas a joué le rôle d’un impresario facilitant un partage des idées et une promulgation des noms propres dans le contexte du Pop. Filliou a navigué dans ce réseau dans les premières années de sa vie d’artiste à Paris, New York et en Allemagne, ce qui lui a entre autre permis d’entrer en connivence avec Emmett Williams (1925-2007) et plus particulièrement avec George Brecht (1926-2008), autres figures emblématiques du mouvement Fluxus. Pour répondre à la seconde partie de ta question, pour moi le croisement avec Filliou s’est fait très tôt. Etudiant, une photographie a créé un déclic. On y voit Filliou marcher dans la 42ème rue à NY avec cette légende « en ce temps là, j’ai eu le plan d’un projet, c’était d’être intégré dans la foule ».

 

FM À propos de cette légende, n’est-ce pas contradictoire pour un artiste qui en principe recherche la singularité, de vouloir se rendre anonyme?

 

FC Non, car le fait de formaliser son inscription dans la foule le singularise tout en l’inscrivant simultanément sur l’échiquier collectif. George Brecht avait une autre formulation équivalente « je ne veux pas être le premier mais le huitième ».

 

FM Revenons à ta collection/collecte. Quelle importance, valorisation ou sens attribues-tu au fait qu’il s’agit d’œuvres multiples comparées à des œuvres uniques?

 

FC Les œuvres en plus d’un exemplaire sont plus accessibles techniquement et matériellement, mais le fait d’en rassembler le plus grand nombre voire la totalité rend unique le rapprochement spatial de ces éditions.

 

FM D’une certaine manière mais de façon paradoxale on retrouve le goût du collectionneur pour la pièce unique?

 

FC La différence est que l’on passe du gri-gri unique à une situation dont l’unicité est le rassemblement.

 

FM Comment as-tu financé cette collecte?

 

FC Par mes propres moyens et puis, ayant forcément trouvé des doubles dans ma recherche des éditions, j’en ai vendu à des collectionneurs allant d’amateurs passionnés à d’autres dont les motivations étaient plus cartésiennes. J’ai également mis en contact avec des marchands deux ou trois collectionneurs qui avaient les moyens d’acheter des œuvres uniques historiques de Filliou à des prix raisonnables.

 

FM Il t’a fallu, je suppose, un certain temps pour rassembler l’ensemble de ces œuvres multiples? De combien d’éléments constituant l’archive parlons-nous d’ailleurs?

 

FC Une période de recherches et d’achat fut très concentrée entre 1997 et 2000. Il faut signaler que mes recherches ont été aidées par le fait que bon nombre de ces éléments d’archives dormaient dans de tiroirs éparpillés à travers le monde. Puis, comme toutes les collections spécifiques et au fil de l’avancée, la courbe exponentielle des trouvailles a diminué progressivement. Aujourd’hui « un goutte à goutte » maintient en éveil le corpus et a remplacé le flux intense des années 1997/2000. L’ensemble est constitué à ce jour de 174 éléments. Je suis toujours à la recherche de quelques éditions et éphéméras.

 

FM Je suppose qu’il t’a fallu identifier les réseaux susceptibles d’avoir ces éléments d’archives. As-tu noué à cette occasion en dehors des transactions « commerciales » des contacts qui t’ont donné des éclairages sur Robert Filliou?

 

FC J’ai rencontré des éditeurs, galeristes, collectionneurs qui ont connu Filliou et qui ont conforté le profil du personnage que l’on pouvait deviner au travers de ses déclarations et de ses œuvres. Un homme au comportement homogène.

 

FM Maintenant que tu possèdes cet ensemble. A quoi le destines-tu?

 

FC Cette archive a donné suite à des expositions: 1999 à l’Institut Français de Stuttgart, 2000 au Musée d’Art Contemporain de Strasbourg et au FRAC Champagne-Ardenne, 2002 au MAC à Lyon et 2004 au MUKHA à Anvers, la même année de la publication d’un catalogue raisonné des éditions aux presses du réel. Ensuite l’archive a été déposée six années en dépôt au MACBA de Barcelone. Après cette période j’ai proposé de vendre intégralement cette collection via des marchands sans vraiment comprendre à qui ils la destinaient et le prix qu’ils en demandaient. Cette situation de marchandage opaque m’a donné l’envie d’en faire don à un musée singulier pour rester dans l’esprit de Filliou mais quelqu’un m’a fait changer d’avis avec cette devise : « Donner à un pauvre c’est prêter à Dieu. Donner à l’Etat, c’est prêter à rire ». J’ai donc continué ma collecte...

 

www.curlet.org
www.keymouse.eu

 

 

 

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/01.jpg

MIND, photo Robert Filliou, en ce temps là Filliou a eu le plan d’un projet: c’était « d’être intégré dans la foule », photo: Scott Hyde

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/02.jpg

Hand Show, 1967, 24 sérigraphies noir et blanc dans une boîte en bois dont le couvercle coulissant en plexiglas est sérigraphié, ed. SABA-Studio, Brunner Schwer, Villingen, boîte: 30 x 24,2 x 4 cm, planche: 28,2 x 22 cm, 150 exemplaires signés et numérotés sur la troisième de couverture du dossier qui enserre les différentes planches

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/03.jpg

The Frozen Exhibition, 1972, emboîtage en forme de chapeau recouvert de feutrine avec photographies et textes fac-similés insérés relatifs à l’exposition The Misfits’ Fair organisée à Londres en 1962 par les artistes participants, ed. VICE-Versand, Wolfgang Feelisch, Remscheid, 170 exemplaires dont 100 mis en vente et 70 réservés aux artistes, 20,5 x 31,5 x 0,5 cm

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/04.jpg

Futile Box, 1977, boîte en bois, balle en caoutchouc, ed. Bengt-Adlers, Malmö, 25 exemplaires, 2 épreuves d’artistes et 8 H.C, signés et numérotés, 8 x 7,5 x 7,5 cm

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/05.jpg

A New Way to Blow Out Matches/Une nouvelle façon d’éteindre les allumettes, 1980, boîte en bois contenant une toupie lestée par une allumette et une boîte d’allumettes, ed. Bengt-Adlers, Malmö, 30 exemplaires signés «  Robert Filliou  » et numérotés sur étiquette collée sur couvercle, 7,2 x 10,7 x 4,8 cm

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/06.jpg

Optimistic Box N° 1, 1968, boîte en hêtre, étiquettes, pierre, laiton, ed. VICE-Versand, Wolfgang Feelisch, Remscheid, edition illimitée signée «  R.F  » à l’intérieur, 11 x 11 x 11 cm, Optimistic Box N° 2, 1969, boîte en bois de production courante recyclée pour l’édition, étiquettes, photographie et laiton, ed. VICE-Versand, Wolfgang Feelisch, Remscheid, edition illimitée signée «  R.F  », dimension variable: 12 x 9 x 2,5 cm / 12,6 x 9,7 x 3,5 cm, Optimistic Box N° 3, 1969, boîte en bois de production courante recyclée pour l’édition et sérigraphiée , étiquettes et laiton, ed. VICE-Versand, Wolfgang Feelisch, Remscheid, edition illimitée signée «  R.F  », dimension variable: 12 x 6 x 2,9 cm fermé, 12 x 12 x 1 cm déplié, Optimistic Box N° 4 et 5, 1968 - 1981, cochon en céramique et étiquettes imprimées collées, ed. VICE-Versand, Wolfgang Feelisch, Remscheid, edition illimitée signée « R.F » sur un des côtés, environ 9,5 x 16,5 x 11 cm

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/07.jpg

La belette est solitaire, 1961-1972, lithographie sur papier kraft en 7 couleurs, 75,5 x 48,5 cm, 29,72 x 19,09 inches, edition of 90, with Ed. Museumsverein, Mönchengladbach, signé, non numéroté, photo: Florian Kleinefenn, Courtesy Estate of Robert Filliou and Peter Freeman Inc., Paris

datas/visits_collectors/vc-150402-franoiscurlet/photos/08.jpg

Galerie Légitime, 1968, plastique transparent sur photographie collée sur bois avec 2 crochets et 2 anneaux / transparent plastic foil on photograph mounted on wood, two hooks and two rings, 42 x 60,2 cm, 16 1/2 x 23 3/4 inches, edition of 120, with Ed. Wilbrand, Cologne, photo: Florian Kleinefenn, Courtesy Estate of Robert Filliou and Peter Freeman Inc., Paris